Présentation   |  Actualités

Actualités

Un nouveau traitement contre les hémorroïdes

 La maladie hémorroïdaire en France

Les hémorroïdes sont une maladie assez commune, qui toucherait environ un adulte sur 3. Ils viennent en général assez tardivement, mais il se peut qu’ils apparaissent en début de vie adulte.

Les hémorroïdes sont des veines gonflées. Après 50 ans, on compte 1 adulte sur 2 atteint d’hémorroïdes. Les premières causes sont la constipation, la grossesse et la perte de tonus des tissus avec l’âge. En ce qui concerne les femmes enceintes, les symptômes d’hémorroïdes s’effacent naturellement dès lors que l’accouchement a eu lieu.

Les symptômes sont rares et il est facile de les reconnaitre : picotements près de l’anus, un désagrément lorsque l’on est assis ainsi que des saignements lorsqu’on va à la selle. De manière générale, une crise d’hémorroïdes ne subsiste pas plus de quelques jours, puis les symptômes se résorbent.

La grande majorité des personnes souffrant d’hémorroïdes arrivent à apaiser leurs douleurs avec des soins maison voire même des médicaments trouvables en vente libre. Cependant, il est possible que des hémorroïdes engendrent des douleurs permanentes ou une gène quasiment constante. Il est envisageable, dans ces cas, d’être soumis à un traitement médical ou chirurgical.

La technique « HAL-RAR DOPPLER » : un traitement chirurgical mini-invasif

Toutes les hémorroïdes ne relèvent pas d’un traitement chirurgical. Seules les formes symptomatiques ou compliquées doivent être opérées.

La chirurgie classique a mauvaise réputation en raison des douleurs postopératoires importantes et invalidantes. Le Centre Hospitalier de Châlons-en-Champagne est le premier dans le département de la Marne a proposé une technique sans douleur réalisable en ambulatoire et permettant une reprise de l’activité professionnelle très rapide.

Grâce à cette technique, il est désormais possible pour le chirurgien de repérer les artères qui alimentent l’hémorroïde et donc cibler les artères à ligaturer. Elles ne sont situer dans la zone sensible, le patient souffre donc moins. L’apport de sang est diminuer et l’hémorroïde dégonfle.

Cette intervention est réalisée le plus souvent en ambulatoire sous anesthésie générale ou locorégionale. Il n’y a pas de soins postopératoires. L’arrêt de travail n’est pas toujours nécessaire sauf en cas de douleurs importantes (rares) ou de métier imposant une activité physique lourde.

De très bons résultats ! Les études montrent jusqu’à 92% d’efficacité à 1 an (73% à 3 ans). Il s’agit donc d’une technique sûre, rapide, facile à réaliser et efficace que les chirurgiens de Centre Hospitaliers de Châlons-en-Champagne sont fiers de proposer à la population du territoire châlonnais.